Edito de l'abbé Pégourier - avril 2022 : Pâque nouvelle !

Vivats, chants, drapeaux qui s'agitent dans le camp des vainqueurs, applaudissements nourris qui s'échangent..., n'est-ce pas un nouveau départ dans un élan d'allégresse ? Tel est le spectacle que produit un soir d'élection !

La Passion du Seigneur, cependant, nous met en garde contre la versatilité de la foule, la fragilité des enthousiasmes sentimentaux : hosannas, exubérance et palmes à l'entrée de Jérusalem..., vociférations, haine et mépris quelques jours plus tard ; de la part des mêmes pour la plupart, aux mêmes lieux et places : Jésus, crucifie-le, crucifie-le !

La Pâque, étymologiquement, est un « passage ». Soyons de bons passeurs : ancrons, par notre exemple et notre prière, nos amis dans la loyauté, la persévérance, la fidélité : vertus indispensables pour épanouir une personnalité et la rendre capable, comme la bonne terre de l'évangile, de recevoir la semence du ciel, la Parole de Dieu, et de lui faire porter du fruit.